Lèyon di li Neûris′

Écriture manuscrite…

Créations musicales

Table des matières

Préambule

Aucun morceau n'étant actuellement enregistré, mais tous ceux présents sur cette page étant composés, celle-ci contient également des informations sur la musique que vous ne pouvez écouter tant que maintenant.

Ôtres (sic1) tracas

(paroles),
(paroles modifiées),
(composition du chant),
(paroles et chant modifiés et composition) et
(fin de la composition de la musique)

Peut-être un peu trop d'un orient qui soit austral,
de nos contrées mais aux confins attitrés.

Quoi qu'aussi trop à l'ouest car original
(le singulier n'a qu'à rester seul et prostré).

Ostrogoth et bohême (sic2) bien peu théâtral,
vu d'iceux, de principes ôtés trop centrés,
mes pantins (de “réveil”) immobiles au final
de replis multi-identitaires recentrés,
tout comme ce bien trop vieux mode musical
(d'un passé recomposé et, bien qu'excentré,
en majeur d'Ut, par nostalgie, ce point central
duquel il m'est reproché de me concentrer)
et ces souvenirs entassés dans mon local,
vus comme bibelots cachant mal l'ex-entré;
par ces traditions et cet esprit ancestral
vu par trop de descendants comme auto-centré.

Tout cela est-il si poussiéreux que fatal
que j'entends: “marche à l'ombre”, ne pouvant rentrer?

Saut infini de l'autre à cet un cardinal
de l'a privatif au mono épi-centré,
la majorité se voulant δῆμος fractal,
citoyens capitaux au pouvoir plus centré,
ils appliquent leurs principes de droit pénal
de leurs ὄστρακα; de leurs non, je suis frustré.

Post-scriptum: merci Giorgio — rencontré avant de dîner au 15 août 2018 et avec qui j'ai passé une partie de la soirée du lendemain — pour la double inspiration (la pancarte que je portais sur moi le soir de “l'enterrement de Mattî” et les paroles de la présente chanson).

Clair et âge d'or, vers lent

De l'impossibilité d'être actionnaire statu quo

(paroles et composition) et
(correction de la composition et tempo)

Si les dégénérescences
s'arrêtaient grâce à nos “savants”,
nous souffririons de l'absence
de dire que c'était mieux avant.

Note

En mettant la partition au net, j'ai remarqué qu'un accord (le quatrième) de la guitare était un peu illogique par rapport à la note du chant et je l'ai changé (avant de décider du tempo).

La différence est identitaire

(paroles et composition) et
(modification de la composition)

Il est faux de dire qu'un mal-entendant est un bien-sourd!

Ô esthètes typographes et autres commercieux (sic) visuels de l'écrit, non, la longueur du titre n'a aucune importance, et, quoi que vous en pensiez, il peut être autre chose qu'un résumé de ce qu'il intitule, il peut même, quoi qu'il soit préférable d'éviter cela, faire partie du texte qui pourrait être incompris sans celui-ci, quoi qu'il en soit, pour un texte très court, ce qui est récurrent dans le présent contexte, il n'y a aucun problème à ce qu'il soit plus long que le texte en question; enfin, que faites-vous des intitulés de morceaux instrumentaux? Comment faire plus cours que leurs paroles inexistantes?

(titre et composition)

Notes

Ce morceau est un instrumental.

Quand j'ai écrit le titre de celui-ci, j'ai oublié de parler des informaticiens obtus qui limites, entre autre, la longueur des noms de fichiers.

Une dernière (chanson) pour cette fois-ci

(paroles et composition)

Point final.

Ἐγώ στέργω (malgré tout)

(paroles et composition)

L'indécent amour de soi au détriment de celui des siens va jusqu'à signer la fin de l'unité des siens advenus de son vivant et jusqu'à rendre des cousins inconnus les uns pour les autres.

Qui cherche, cherche et fini par chercher à oublier

(paroles et composition),
(ponctuation finale et tempo) et
(paroles et donc composition modifiées)

Tous ceux qui cherchent la source de la vie,
passent tant et tant d'heures à côté de la leur
et ils finissent par confondre à l'envie
d'eau de source celle d'eau-de-vie; quel leurre!

Note

J'ai composé la musique (après avoir écrit les paroles) dans un train sans aucun instrument me permettant de savoir à quoi ressemble cette composition. À l'écoute, j'ai constaté que c'était tout à fait ce que je voulais.

À lire ce que j'ai écrit alors, à un moment donné, il manque trois notes, mais en fait, elles se répètent successivement et j'ai cru les avoir écrites.

En mettant au net — après avoir ajouté un point d'exclamation car j'avais oublié de ponctuer à la fin des paroles — j'ai remarqué cette erreur écrite sur la partition et ait écrit ce qu'il fallait (avant de décider du tempo).

Une dizaine de jours plus tard, pour profiter d'une faute d'orthographe qui m'avait échappé lors de l'écriture — ce qui est assez facile pour une faute d'orthographe — et en faire un jeu de mots, j'ai modifié les paroles et ai adapté la musique en conséquence.

(In)culture (de la dé/des)géneration(s) du copié/collé

(paroles et composition)

C'est très bien d'avoir constitué un dossier,
encore eût-il fallu le lire (comme il sied).

Paradoxe issu de ce bain culturel

(paroles et composition)

J'ai vraiment un problème avec l'ironie
car elle est source de malentendus grinçants
mais il serait tellement vain que je nie
que, non, je ne peux m'empêcher d'être pinçant.

Comment en savoir plus sur un ‘ré-action-naire'?
En lui répondant:

(paroles et composition)

Oui, c'était mieux avant.
Mais quand?

Post scriptum et cantāvī: bien sûr, les “progressistes” refuseront de dire “oui”, mais, de toute façon, ces idéologues ne veulent rien savoir du “camp d'en face”.

Ma vision de ce concept relatif

(paroles et composition)

Le temps passe trop vite!

nātus est

Une pensée sur un temps passé

(paroles),
(composition) et
(recomposition)

Quand on ne connaît rien de Dieu, on est prêt à croire le premier venu qui parle de divin, pourvu qu'il soit dans l'air du temps.

…temps de l'“en fer”,
temps de l'envers,
temps de l'enfer
à ciel ouv(…)

Notes

Cette chanson a été composée avant que je ne décide d'écrire en mode hexatonique — qui est le mode de fait du “chant grégorien” puisque celui-ci à une échelle diatonique, soit sept notes, mais sans sensible, moins la septième note, soit six notes, donc hexatonique.

Revenant sur mes compositions, je l'ai recomposée (en changeant de gamme) pour l'écrire à peu près dans ce mode. Mais, la sensible de l'échelle diatonique était inévitable pour symboliser l'enfer et elle arrive avec la première occurrence du mot “temps” (pour être répétée à chaque fois qu'il y a ce mot et dans les phrasés sans chant avec lesquels les phrasés contenant le mot “temps” rebondissent). Par ailleurs, elle était d'autant plus inévitable qu'ôter l'altération à la clef de la composition originale me semblait indispensable (altération que j'ai remplacée par la première apparition de la sensible de cette gamme).

Concernant la mélodie du chant, comme elle suit presque la guitare, j'ai dû juger inutile de l'écrire lors de la composition originale, dès lors, j'ai dû la retrouver (ce fût la première chose que j'ai faite juste avant de recomposer). Théoriquement, c'est exactement ce que je pensais faire au chant alors, mais il y a un risque pour que j'aie changé certaines choses sans le faire exprès. Pour la nouvelle version, j'ai gardé la même logique pour le chant.

Enfin, l'interruption abrupte fait partie de la composition!

D'ailleurs advenus

Libérons-nous?

(paroles) et
(composition)

Libérons-nous de la liberté!

Note

Au départ, c'était un aphorisme de mes notes ponctuelles.

Juge coupable

(paroles) et
(versification et composition)

Juger quelqu'un d'être coupable de juger,
c'est être tout aussi coupable et se gruger.

Note

Vient d'un aphorisme de mes notes ponctuelles que j'ai modifié pour le versifier.

Note

Les paroles de 4 chansons écrites vers 2003 ou 2004 voire 2005 alors que ce projet avait un autre nom ainsi que les paroles d'une chanson écrite en 2018 ont été supprimées. Plusieurs autres paroles de chansons ont été écrites vers 2004 et 2005 et n'ont jamais été retenues.

Droits d'auteurs

Dans la mesure du possible, en vertu de la loi, moi, Lèyon di li Neûris′, j'ai renoncé à tout droit d'auteur et aux droits voisins ou connexes pour toutes les paroles et les musiques rassemblées sous le nom: “Lèyon di li Neûris′” dans le but que celles-ci soient immédiatement dans le domaine public.

Ces œuvres sont publiées depuis la Wallonie en Belgique.

Toutes les paroles (et les compositions) sont, dès lors, publiées sous la licence Creative Commons Zero (résumé).